vide coeur - ma vie après ma vie . . .

vide coeur - ma vie après ma vie . . .

Ce que j'ai ressenti lors d'initiations . . .

Après plusieurs séances de soins Reiki avec ma thérapeute japonaise, je pris la décision qu'elle m'initie au premier degré qui en compte 4 en ce qui la concerne (pour d'autres c'est 3 !). Le 4 ème degré étant le niveau de maître enseignant. J?eus 3 enseignants, je vais tenter de relater de la façon la plus claire et concise, ce que j'ai ressenti lors de chacune d'elle.

L'initiation ne durerai pas plus d'un week end et vu l'espace d'accueil, il n'y aurait pas plus de 6 candidats. Lors du premier degré, on ouvre le canal énergétique (c'est une expression !!!) afin que l'on puisse utilisé pour soi, puis pour les autres (humains, animaux, végétaux !) l'énergie du Reiki via des techniques d'appositions des mains. Je trouve que c'est un cadeau merveilleux dans la mesure où une fois que l'on est initié, qu'on l'utilise ou non, on le garde en nous pour toute la vie.

Pour résumer, on est assis sur une chaise ou un banc, les yeux clos, en position "gasho" : les mains jointes en prière au niveau du sternum, le maître enseignant pose sa main sur notre épaule, utilise des symboles et parfois son souffle et c'est fini ! Entre temps, il vous fournit des explications et démonstrations concernant des techniques d'appositions, de visualisations, de méditations, de relaxations, de purifications. C'est, en générale, comme cela que se sont déroulées les 6 initiations que j'ai pu recevoir jusqu'à maintenant. Comme je le racontai plus haut (cf : ma rencontre avec le Reiki) chacun de nous est différent et il va avoir des réactions ou pas, pendant ou après les initiations.

Concernant ma première initiation avec mon enseignante japonaise, étant donné que je n'avais jamais rien vécut de telle auparavant, je me suis posé la question de ma présence ici mais d'une manière plus amusée qu'inquiétante ! Tout comme mes débuts avec le tai-chi, ma volonté première fut d'être autonome, de me prodiguer les soins moi même. C'est  le but de cette première initiation : pour la personne dans un premier temps puis pour l'entourage qui le souhaite, dans un deuxième.

"Charité bien ordonné commence par soi même..."

Concernant l'initiation au deuxième degré, j'y ai appris d'autres techniques comme faire un soin à distance, soigné le passé et le futur, comment augmenter la force énergétique du Reiki ...Ce que je souhaitais, c'était pouvoir envoyer du Reiki à ma mère lorsque je me trouvais en France, et elle en voyage dans son pays. Une bonne façon de se rassurer, d'être plus "zen". . . 

 Ce que j'ai senti, c'est que lors de la pause du déjeuner, j'ai vu un restaurant asiatique qui proposait un menu . . . "à volonté" ! ! ! Cette initiation m'avait donné comme une grosse envie de manger (une grosse fringale comme on dit) !!! J'ai respecté le menu proposé et Dieu sait que ma "volonté" fut grande !!! En revenant, je me sentais comme une oie après un gavage !!! J'eus du mal à gravir les 4 étages qui menaient à la salle de cours . . . J'en parlais avec mon enseignante qui m'expliqua que le second degré va plus en profondeur et c'est pour cela que peut être mon passé de gros mangeur avait ressurgit. Nous en rimes beaucoup avant de poursuivre l'enseignement . . .

Concernant mon initiation au troisième degré, le niveau maître (mais pas enseignant !), ce que j'en retiens, c'est qu'autant moi que mes camarades, nous nous sentions tous très fatigués et qu'après le week-end d'enseignement, j'ai pu constater que les choses que j'appréciais beaucoup lorsque je me rendais dans le pays de ma mère, comme les ballades sur la plage, les réunions de familles, avaient perdu de leur "saveurs" tant et si bien que ma famille me demanda si je n'étais pas en train de m'ennuyer car il ne m'avait jamais vu comme ça !!! Tout cela a disparu et est rentré dans l'ordre quelques jours après l'initiation. 

Je voudrais remercier mon enseignante japonaise car elle m'a permis quelques mois plus tard, de l'assister durant 2 années consécutives sur un stand d'un grand salon portant sur le bien être afin de présenter le Reiki, d'avoir pu être présent à la conférence internationale qu'elle a organisé peu de temps après, où était présent ses 2 maîtres enseignants venu du Japon, d'autres de Belgique, Royaume Unis, Allemagne, Grèce, Danemark, Australie, mais aussi celui qui allait devenir mon troisième maître enseignant . . .

J'en eu 3 : une japonaise, et 2 français, qui vivent dans le sud de la France mais se déplacent au 4 coins de celle-ci afin de partager et transmettre leurs savoirs. C'est en consultant un rayon concernant le bien être, que j?aperçus le livre d'un enseignant Reiki, qui allait devenir mon second maître !!!

Ce que j'ai apprécié dans ce livre, c'est qu'il était agréable et simple à lire, pleins de vérités, souvent tiré de la philosophie bouddhiste. Il était aussi question, bien sûre, de techniques d'appositions des mains, tout cela me donna l'envie de contacter cette personne et qu'il m'initie au premier degré : en générale, lorsque l'on change de maître, on reprend l'enseignement du début, quelque soit son niveau.

Par chance, il se déplaçait depuis peu sur Paris. Rendez vous fut pris. Ce week-end correspondait à une période de jeun que j'étais en train d'effectuer et je demandai à mon enseignant si cela pouvait représenter un quelconque danger, il me répondit que non (j'appris par la suite que seul le fait d'être ivre pouvait être incompatible !).

Techniquement, ça se déroula comme avec mes autres enseignants, mais en ce qui concerne le ressenti, WAOW !!! Alors qu'il avait posé la main sur moi et envoyait des symboles, je senti comme une bombe, lâché d'un avion, qui parti du haut de ma tête et explosa au niveau de mon "tanden" situé à environ 3 doigts sous le nombril ! ! ! Je senti que son impact se propagea sur tout mon corps, jusqu'à en ressortir par les pores de ma peau ! ! ! Incroyable ! ! ! J'étais subjugué par cette expérience, mais je récupérai rapidement mes esprits durant les minutes qui suivirent.

Pendant les 3 semaines qui succédèrent cette initiation, je me suis senti profondément relaxé, comme baignant dans un bain chaud, à chaque instant. Tout ceux que je croisais voulait savoir d'où provenait ce rayonnement de bien être, c'était magnifique, j'y repense souvent et le garderai en mémoire toute ma vie.

Hélas, comme toute chose à une fin (surtout les bonnes !) cette sensation disparue au bout de 21 jours. Surtout que cet enseignant nous avait appris que s'accrocher à quelque chose menait forcément à la souffrance car tout est soumis à l'interdépendance et à l'impermanence des choses : Nous dépendons tous de quelqu'un ou de quelque chose (qu'on l'accepte ou pas !) mais ceux-ci ne sont pas éternelles . . . L'important c'est de vivre pleinement le moment présent, d'apprécier chaque instants comme s'ils étaient les derniers, sans regrets, ni remords . . .

Le deuxième degré avec ce second maître ressembla à celui vécut auparavant : une grosse fringale, associé à une grosse fatigue. J'ai dit à mon entourage que cette initiation serait la dernière que j'effectuerai. Comme quoi ! On peut dire n'importe quoi quand on est fatigué ! ! !

C'est lors de la conférence sur le Reiki qu'avait donné mon enseignante que je rencontrai mon troisième maître (qui n'aime pas qu'on l'appelle comme ça d'ailleurs !) dont j'avais déjà beaucoup entendu parlé auparavant, voir même à l'époque, par l'un de mes professeurs de réflexologie plantaire. 

J'avais l'impression de vouloir boucler quelque chose (même si la vie est une suite d'apprentissage . . .) et ce maître en fut la bonne occasion dans la mesure où il avait été lui même, l'enseignant de mes 2 premiers maîtres, qu'il avait 20 ans d'expériences dans la pratique du Reiki et 30 dans le bouddhisme tibétain.

Mon souvenir, c'est que cela c'est passé à Paris, que j'étais le seul homme, que l'initiation m'avait donné l'impression qu'on m'avait tapoté du poing sur le haut du crâne, mais surtout j'ai apprécié avec quel enthousiasme cet enseignement avait été donné et combien je m'étais trompé sur la méditation : elle ne permettait pas d'être plus "zen" mais d'être à chaque instant, pleinement soi même et surtout dans le moment présent. C'est aussi à ce moment là que j'appris que le "but ultime" du Reiki était non pas l'auto guérison mais l'éveil de l'esprit.

Je reste toujours en contact avec mes enseignants en cas de questionnements, et j'ai le plaisir qu'il me répondent rapidement et me fasse profité de leur savoir. Je leur en serai à jamais reconnaissant. Un immense MERCI . . .  

  

 

 



14/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres